Historique

La fondation

Le Patronage Jean-Léon Le Prevost a été fondé en 1909 par les Religieux de Saint-Vincent de Paul, et nommé en l'honneur du fondateur de cette communauté. La Fondation du Patro s'insère dans un grand courant social de soutien à la jeunesse et aux ouvriers et avait comme objectif de soulager la misère des gens et d'offrir aux jeunes un endroit sécuritaire et éducatif pour contribuer à leur épanouissement.

Le Petit Robert définit le mot patronage comme étant une «Oeuvre, société de bienfaisance créée pour assurer la formation morale à des enfants et adolescents».

D'abord situé au sous-sol de l'Académie St-Georges, au coin des rues Bernard et St-Urbain, le Patro obtiendra ses propres locaux sur la rue St-Dominique, toujours dans le quartier Mile-End, en 1913. Le nouveau bâtiment est doté de chambres, d'une salle à manger, d'une salle de spectacle, de salles de récréation, d'une chapelle et même... d'une salle de quilles! Des milliers de jeunes garçons, et à partir de 1969, de jeunes filles, participeront aux nombreuses activités sportives, culturelles et de pastorale offertes par le Patro.

«Il n'y avait rien d'autre à faire, dans ce temps-là, quand on était pauvre», se rappelle André Lavigne, qui a fréquenté le Patro entre 1946 et 1950. «Je faisais partie de la fanfare et je jouais de la trompette. J'allais là tous les samedis, et j'aimais bien les histoires que les religieux nous contaient.»

 

Les changements...

Le Patro prend un virage plus moderne en s'incorporant comme organisme de bienfaisance en décembre 1969. Désormais, la gestion du centre sera suivie par un conseil d'administration, duquel relève le directeur général, un religieux de Saint-Vincent de Paul.

Le 18 janvier 1977, c'est la catastrophe! Une défectuosité du système électrique cause un incendie qui détruit presque entièrement le bâtiment du Patro. Tous les médias de Montréal en parlent. Une campagne de souscription démarre, sous la direction du conseil d'administration et du directeur général. Des centaines de bénévoles s'y impliquent, et la Ville de Montréal offre de signer un bail de 50 ans avec le Patro pour la location de l'édifice de l'ancien Orphelinat St-Arsène, situé au 7355, Christophe-Colomb, lui aussi passé au feu la même année.

Le nouveau Patro

Les rénovations et constructions majeures sont entamées et le nouveau Patro ouvre ses portes en 1980. Équipé de quatre gymnases ultra-modernes, d'une piscine, de plusieurs salles de récréation, d'un parc et de terrains sportifs adjacents, d'une salle de spectacle et d'une bibliothèque, le nouveau Patro peut maintenant offrir de nouveaux programmes à la population. De nouveaux bailleurs de fonds, dont la Ville de Montréal, les gouvernements du Québec et du Canada, ainsi que Centraide y contribuent largement.

En 1980, le programme Madame Prend Congé voit le jour. On accueille des femmes et leurs enfants en offrant un service de garde pour ces derniers tout en permettant aux mères de participer à des activités sportives, culturelles et éducatives entre elles.

En 1983, c'est au tour de la toute première Popote Roulante à Montréal de naître. Des bénévoles livrent des centaines de repas par semaine à des personnes en perte d'autonomie du quartier Villeray.

En 1986, le premier Magasin-Partage de l'Île de Montréal est démarré. Ce principe d'épicerie économique permet maintenant à plus de 450 ménages de Villeray de passer un joyeux temps des Fêtes en toute dignité. Le même année, le Patro accueille l'Éco-quartier Villeray dans ses locaux.

En 2005, le service de traiteur L'Ange-Aimé voit le jour, grâce à une subvention de la Corporation de développement économique communautaire Centre-Nord (CDÉC). Le restaurant sera nommé par vote populaire des membres, bénévoles et employés en l'honneur de Monsieur Ange-Aimé Tessier, bénévole dévoué au Patro depuis 1967. Il sert des repas économiques sur place et offre aussi un service de traiteur aux groupes communautaires et aux entreprises montréalaises.

À l'été 2005, on ouvre un jardin hors-sol sur le toit du Patro. Initiative conjointe du centre, d'Alternatives et du Réseau des jardins collectifs du Villeray, le jardin devient rapidement un lieu de rassemblement, de participation communautaire, d'éducation et de détente.

Aujourd'hui, le Patro est un milieu de vie dynamique qui mise sur l'action communautaire et le loisir comme méthodes d'intervention sociale auprès de la population montréalaise. Plus de 2 000 personnes participent à ses activités à toutes les semaines, et le centre emploi plus de 120 employés, en plus d'être appuyé par plus de 200 bénévoles et de nombreux stagiaires. En 2009, le centre soulignera son centenaire... Place à l'avenir!